Compte rendu ENDUO 2011

title="001B

Greg Eyries

Nous arrivons vendredi à 14 h sur Aubusson pour cette nouvelle édition de L’Enduo, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il fait chaud ! L’air est sec, et cela promet beaucoup de poussière.
Nous mettons en place nôtre futur ravitaillement et partons reconnaitre la spéciale de sélection qui détermine l’ordre du départ. C’est pratiquement la même que l’an dernier avec un détour sur le parking de l’Intermarché, pour faire un aller-retour sur des buses en béton, tronc d’arbre et des pneus.
Départ :
Samedi 9h, nous enfourchons les motos. Pierre ouvre la spéciale, je suis derrière toute la première partie mais une erreur dans un long dévers va me faire sortir un mètre en dessous de la trace.
Obligé de descendre et pousser la moto pour me repositionner dans la trace, je finis avec les bras bétons.
Je pensais que Fabien Planet et Curvalle allaient me doubler mais ils ont eux aussi eu leur lot de malchance avec trois chutes pour Curvalle et deux pour Planet, qui ne s’est pas fait aux protège-mains fermés qui lui feront toucher pas mal d’arbres.
Départ 14 h :
Nous partons devant, suivis toute les 40 secondes de Planet/Curvalle, Vukcevic/Denuit… Dès le début de la course nous sommes au coude à coude avec Planet et Curvalle. La première boucle n’est jamais très dure et il faut garder du rythme sans faire d’erreurs dans les difficultés.
Nous allons nous faire doubler à la fin de cette boucle, juste avant le ravitaillement qui va nous envoyer sur la deuxième boucle beaucoup plus dure. Mais nous sommes les plus rapides pour ravitailler et sortons du parc pour pointer nôtre carton avec une roue d’avance sur nos adversaires.
Le début de cette deuxième boucle emprunte une partie de la spéciale de sélection et je suis stupéfait de voir ce qui nous attend pour le reste de la course : de la poussière de partout sous les roues et dans les appuis ! Le terrain se creuse plus quand c’est sec et impossible d’y échapper quand les bois ne vous proposent que du mono-trace. Bref, ça va être dur de se suivre… Je vois Pierre se jeter dans une ornière gigantesque et se bloquer, mais le grand gaillard a les ressources physiques pour sortir sa moto. Je prends une autre option où je vais tenter de recouper, non sans mal, ces ornière de plus d’un mètre de haut.
Arriver en haut de cette côte j’aperçois Planet/Curvalle dans la même ornière que Pierre, et c’est la dernière fois que nous allons les voir…
Nous saurons un peu plus tard qu’ils ont abandonné sur problème physique de Curvalle.
Nous avons alors 10 min d’avance sur l’équipage Albepart/Gioffre. Il s’agit donc de ne pas trop baisser la cadence. Ce n’est pas évident de doubler les équipages car la poussière est omniprésente et ce n’est pas toujours simple de slalomer. Heureusement, la plupart des pilotes nous laisse passer car bon nombre des trajectoires sont mono-trace dans de longs dévers où il serait impossible de doubler Merci donc à tous ! Nous avons à peu prés 15 min d’avance sur nos concurrents à ce moment-là.
Dans nôtre boucle de nuit (la deuxième du dernier tour) nous allons rencontrer un problème d’éclairage sur la moto et sur le casque de Pierre : plus rien ne marche ! Le tout va nous prendre plusieurs minutes pour réparer l’éclairage sur la moto et lui scotcher provisoirement une frontale sur le casque…C’est toujours du stress car on ne sait jamais ce qu’il peut nous arriver plus loin et les minutes sont dures à gagner mais très facile à perdre !
Dans la côte du thym, celle que je redoute un peu car la côte est longue et parsemée de souches, racines, difficile de garder à fond !!! Je me lance et dès le début j’arrive à garder la trois et ma vitesse mais vers le milieu je suis gêné par la poussière et je dois éviter un pilote dans ma trajectoire. Je repasse alors la deux et je fais une tentative en accélérant fort mais je sens que la moto s’enfonce et m’envoie à gauche dans le public ou j’entends quelque bruits d’étonnement ! Deux jeunes m’aident et m’accrochent à une longue sangle tractée par une dizaine de vaillantes personnes ! Ouf, je suis en haut et prends quelques minutes pour souffler. Pierre arrive ensuite avec le même remonte pente, merci les gars !
Nous allons gérer nôtre effort sur la fin de la course, pour finir avec 30 min d’avance sur l’équipage Albepart/Gioffre.
Seulement deux équipages sont classés cette année car si vous ne passez pas le dernier pointage avant 22 h l’organisation vous met hors course, et c’est malheureusement l’équipage Allaux/Caillens qui va en faire les frais et se classer officieusement troisième.
Nous remercions toute l’équipe qui a assuré nôtre ravitaillement et qui nous à sorti de nombreux pièges dans les bois, ainsi que tout le moto club et bénévoles pour cette superbe organisation.

Un commentaire

  1. Bravo a tous les deux,vous êtes bien les meilleurs sur cette course .Salut Greg au plaisir de te revoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>